JFDuval Présentation de mes projets électroniques et robotiques

3juin/100

Machine des Jeux de Génie du Québec – Robot (2010)

Nom du projet: Machine des Jeux de Génie 2010 - Robot

Concept: Robot de nettoyage de conduites

But: Concevoir un robot mobile capable de se déplacer dans un parcours de tuyaux circulaires, de détecter des objets et de les déposer dans des zones de dépôts pré-définies, le tout de manière autonome.

Raison d'être: Compétition Machine des Jeux de Génie 2010

Équipe: Julien Boisvert, Arthur Carré, Jérôme Demers, Jean-François Duval, Philippe Lavoie, Pierre-Luc St-Yves, Matthieu Tanguay

Mention: Troisième (3e) position

Photos:

Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=7

Détails:

Dans le cadre de la compétition Machine des Jeux de Génie 2010, nous avions comme mandat de réaliser un robot capable de nettoyer des canalisations. Nous avons donc travaillé à la conception d'un robot mobile autonome capable de se déplacer dans un parcours de tuyaux de 4 pouces, de trouver et de déplacer des objets pour ensuite les mettre dans des zones prédéfinies.

Après plusieurs essais de mécanismes de locomotions, l'équipe s'est fixée sur l'usage de chenilles. Nous avons travaillé sur plusieurs idées de robots s'apparentant à un tank. Les premiers prototypes ont été réalisés à partir d'un tank jouet modifié et, au final nous, avons notre propre design, basé sur une électronique maison, des chenilles que nous coulons en silicone, des roues usinées maison et une pièce centrale imprimée en 3D (prototypage rapide). Le mécanisme de contrôle des objets est une pelle orientable sur le devant du robot.

L'électronique est centrée autour d'un dsPIC33FJ128MC204. La carte comporte le microcontrôleur, un accéléromètre 3 axes (pour l'asservissement angulaire qui garde le robot au fond du tuyau), un double pont en H et beaucoup de connecteurs et de pièces de support.

Pour la programmation du robot, nous avons adopté une approche comportementale. Le robot prend ses décisions en fonction de l'exploration, de la récupération d'objets et du retour au départ. Un système central fait le lien en les comportements et l'état actuel du robot. Il asservit entre autres la stabilité du robot par rapport au sol courbé. À des fins de tests, nous avons fait un contrôle graphique en temps réel du robot sur un ordinateur qui communique en bluetooth ses commandes au robot et qui affiche l'état des capteurs et de la mission.

Spécifications techniques:

  • dsPIC33FJ128MC204
  • Circuit imprimé 4 couches optimisé pour taille réduite (45x41mm), composantes montées en surface
  • Télémètres infrarouges, capteurs infrarouges, accéléromètre
  • Communication Bluetooth pour débogage
  • Programmation comportementale, robot complètement autonome
  • Batteries LiPo, moteurs Portescap, roues usinées en laiton
  • Chenilles coulées en uréthane
  • Mécanique imprimée en 3D (polycarbonate)

Vidéo:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

Plus de détails:

Article sur le robot disponible sur le site de l'AQRA: http://aqra.ca/Competition-Machine-des-Jeux-de

3juin/100

Machine des Jeux de Génie du Québec – Ensemble turbine et génératrice (2010)

Nom du projet: Machine des Jeux de Génie 2010 – Ensemble turbine et génératrice

Concept: Production d'électricité à partir de l'eau

But: Concevoir une turbine et une génératrice capables de produire un maximum d'énergie électrique à partir d'un flux d'eau.

Raison d'être: Compétition Machine des Jeux de Génie 2010

Équipe: Julien Boisvert, Arthur Carré, Jérôme Demers, Jean-François Duval, Philippe Lavoie, Pierre-Luc St-Yves, Matthieu Tanguay

Mention: Troisième (3e) position

Photos:


Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=10

Détails:

Dans le cadre de la compétition Machine des Jeux de Génie 2010, nous avons travaillé à la conception d'un ensemble turbine et génératrice. De par le règlement, notre système devait entrer dans une boîte d'un pied cube, ne pas accumuler d'eau et la génératrice ne devait pas utiliser de matériaux ferromagnétiques, à l'exception des aimants permanents.

L'eau entre dans la turbine par le haut. Ensuite, lors de la grosse courbe descendante, la section du tuyau augmente avec un double angle de 15 degrés afin d'augmenter la pression de l'eau et de réduire sa vitesse. L'entrée d'eau dans le colimaçon se fait de manière tangentielle aux pales de l'hélice. Ensuite, avec le colimaçon, la vitesse de l'eau est dirigée pour lui donner un effet de tourbillon (on veut que l'eau tourne le plus possible). Elle frappe sur les pales afin de transmettre son énergie cinétique au groupe alternateur.

À la sortie de l'hélice, l'eau passe dans un aspirateur-diffuseur (double angle de 8 degrés) afin de créer un effet de succion en dessous de l'hélice, ce qui a pour but d'augmenter son efficacité et d'assurer que le régime reste laminaire.

La génératrice est un modèle à flux axial. Le rotor est composé de deux disques comportant chacun 9 aimants NdFeB grade 52. Le stator dispose d'emplacements pour 9 bobines. Le cœur de la génératrice est vide afin d'accueillir la turbine, ce qui donne un design très compact et simple à réaliser.

La génératrice a été simulée sous MatLab à partir d'équations d'électromagnétisme et de résultats de simulations effectuées avec le logiciel Finite Element Method Magnetics (FEMM), ce qui a permis d'optimiser la conception des bobinages. Avec les données obtenues, nous avons réalisé nos bobinages manuellement en enroulant du fil #30 sur des pièces de HDPE qui ont pu être retirées par la suite. Lors de l’enroulage, de la colle contact a été appliquée à chaque spire pour assurer la cohérence structurelle. Une fraiseuse numérique a été utilisée pour la fabrication des anneaux du stator et du rotor dans des pièces de polycarbonate.

Notre objectif était de produire 5W avec cet ensemble turbine et génératrice. Lors de nos essais maison, nous n'avons atteint que 1.2W, ce qui était décevant. Toutefois, lors des essais à la compétition, avec le vrai système de réservoir, nous avons atteint le 3W. Les principales causes de cette réduction de puissance sont des problèmes avec un joint d'étanchéité (entre le colimaçon et l'hélice) et le sous-dimensionnement des aimants (et l'absence de matériaux ferromagnétiques pour fermer le circuit (interdits par le règlement)).

Spécifications techniques:

  • Conception 3D sous SolidWorks
  • Turbine à hélice avec colimaçon et aspirateur
  • Prototypage 3D et usinage conventionnel
  • Génératrice monophasée à aimants permanents
  • Simulations numériques

Vidéo:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

3juin/100

Écran tactile TouchUS (2009)

Nom du projet: Écran tactile TouchUS (2009)

Concept: Écran tactile de grand format pour interaction avec humain dépendante de la musique

But: Concevoir un actionneur dont le comportement dépend du contenu fréquentiel d'une chanson

Raison d'être: Projet de troisième session, Génie Électrique et Informatique de l'Université de Sherbrooke

Équipe: Louis-Philippe Brault, Ronan Cimadure, Jean-François Duval, Sébastien Gagnon, Julien Gélinas, Mathieu Genest, Éric Lafontaine, Jonathan Lavigne, Simon St-Hilaire, Pascal-Frédéric St-Laurent

Photos:


Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=8

Détails:

Notre actuateur principal  est un écran dont les pixels sont des boutons équipés de DELs. Les boutons permettent à l’utilisateur d’interagir de manière tactile avec l’image qui lui est projetée, par le biais de plusieurs jeux et visualisations dépendants de la musique.  Ce choix a été fait, car le concept permet à l’utilisateur d’interagir avec la musique et avec l’actuateur, idée qui plaisait à tous les membres de l’équipe et qui correspondait à notre vision globale du projet.

L’écran est constitué d’un support en bois et d’une plaque de plexiglas découpée au laser qui supporte nos boutons poussoirs.  La construction robuste de l’écran garantit que l’utilisateur ne brisera pas la plaque en appuyant dessus.  La première étape a été de modéliser l’écran sous SolidWorks afin d’optimiser le placement des boutons et de produire les bons fichiers de fabrication. Outre la découpe laser du panneau avant, l'écran a été construit avec des outils manuels. Un grand soin a été porté à l'esthétisme du projet, autant dans la fabrication que dans le câblage des différents éléments.

Le contrôle de cet écran se fait via une carte électronique maison, architecturée autour d’un microcontrôleur PIC18F8722.   L’écran est câblé en 2 matrices : une pour les boutons et une pour les DELs.  Plusieurs circuits logiques et buffers permettent au microcontrôleur de gérer les 2x 300 pixels de l’écran de manière simple et rapide.  Le microcontrôleur gère les divers programmes qui sont affichés, comme un affichage des bandes de l’égaliseur ou encore divers jeux qui dépendent de la musique.  Tout le code a été écrit en C18.

Spécifications techniques:

  • Matrice de 15 lignes et 20 colonnes de boutons poussoirs illuminés, multitouch
  • PIC18F8722 avec circuits logiques pour gérer l'affichage et les jeux
  • Interface avec ordinateur, ports série RS-232 et USB
  • Circuit imprimé 2 couches avec connectique optimisée, composantes montées en surface
  • Plusieurs jeux permettant une interaction avec la musique
  • Écran modélisé en 3D sous SolidWorks

Vidéo:

À venir!

30mai/100

Projet BOTUS: Robot d’exploration (2009)

Nom du projet: Robot explorateur BOTUS: roBOT Université de Sherbrooke

Concept: Robot d'exploration de milieux difficiles

But: Concevoir un robot mobile capable d'explorer des milieux difficiles et dont le contrôle est simplifié par l'usage de commandes à la fois vocales et manuelles.

Raison d'être: Projet de deuxième session, Génie Électrique et Informatique de l'Université de Sherbrooke

Équipe: Alexandre Bolduc, Louis-Philippe Brault, Vincent Chouinard, Jean-François Duval, Sebastien Gagnon, Simon Marcoux, Eugene Morin, Guillaume Plourde, Simon St-Hilaire

Photos:

Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=6

Détails:

Pour commencer, voici les exigences du corps professoral pour ce projet:« L’équipe professorale de S2 vous invite à participer à la conception d’un système hybride de commande vocale pour un logiciel. Sommairement, le système à concevoir est un logiciel d’application avec interface graphique interactive contrôlé par un module de reconnaissance de commandes vocales simples. »

Le projet que nous avons choisi consiste en la conception d’un robot d’exploration. Ce robot, nommé Botus, possède de nombreuses fonctionnalités permettant la navigation en terrain dangereux ou inaccessible. Les commandes données au robot sont transmises par l’intermédiaire d’un contrôleur analogique et à l’aide d’un système de traitement de la voix. Le robot est contrôlé à distance à l’aide d’un modem double sens (XBee), connecté à l’ordinateur.

Le robot se déplace sur deux roues ainsi qu’un patin stabilisateur. Cette fonction est contrôlée avec les manches à balai du contrôleur analogique. La pince motorisée est commandée à l’aide des interrupteurs du contrôleur analogique. Une caméra sans fil est placée sur le dessus du robot et est contrôlée par deux servomoteurs. Cette disposition permet d’obtenir une vision de 180° sur plusieurs angles. C’est alors que l’utilisation de la commande vocale s’avère légitime puisque les deux mains de l’utilisateur sont utilisées. Ainsi, les commandes vocales sont traitées afin de permettre une navigation dans les menus de l’interface graphique ainsi que pour la motion de la caméra.

L’interface graphique affiche, en plus du flux vidéo, des informations diverses telles que l’état des piles du robot, une représentation graphique de la position du robot relative aux obstacles, une boîte affichant les commandes de communication robot-PC, des témoins graphiques associés aux phonèmes reconnus et une représentation 2-D de l’environnement dans lequel se trouve le robot.

Spécifications techniques:

  • PIC18F8722
  • Circuit imprimé double couche
  • Plusieurs télémètres infrarouge Sharp
  • Pince contrôlable par l'utilisateur
  • Caméra sans-fil orientable par l'utilisateur
  • Interface graphique sur PC, communication par Zigbee (XBee)
  • Moteurs Escap et cartes moteurs PIMD3.1 d'Eurobot 2008

Vidéo:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

Pour visionner certains de nos essais et démonstration, il suffit de consulter les vidéos Projet BOTUS sur http://www.youtube.com/user/AQRAeb2k8.

Plus de détails:

Article sur BOTUS disponible sur le site de l'AQRA: http://aqra.ca/Projet-BOTUS-Developpement-en

Instructable écrit par Simon St-Hilaire: http://www.instructables.com/id/BOTUS-Project/

Remplis sous: Robot Aucun commentaire
30mai/102

Caméléo le robot caméléon (2008)

Nom du projet: Caméléo le robot Caméléon

Concept: Robot mobile capable de détecter et reproduire la couleur du sol sur lequel il se trouve

But: Concevoir un robot jouet pour intéresser les jeunes aux sciences

Raison d'être: Concours Robot-Jouet de l'Université de Sherbrooke

Équipe: Alexandre Bolduc, Louis-Philippe Brault, Vincent Chouinard, Jean-François Duval, Sébastien Gagnon, Eugène Morin, Simon St-Hilaire et Louis-Philip St-Martin

Mention: Mention spéciale pour l'originalité du concept

Photos:


Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=9

Détails: Le premier projet d'équipe du baccalauréat en Génie Électrique et en Génie Informatique de l'Université de Sherbrooke est la conception et la fabrication d'un robot jouet. Les premières années, le public cible était les enfants autistes. Lors de notre participation, notre but était d'intéresser des enfants d'âge primaire et pré-scolaire à s'intéresser aux sciences et le thème imposé était la faune. Nous avons choisi de faire un caméléon pour tester un principe de reproduction de couleurs. Un capteur de couleur a donc été conçu à partir d'une DEL RGB, d'une photodiode (avec traitement analogique: filtre passe-haut 1kHz, amplification) et d'un PIC18F1320. Une fois la couleur décodée, le microcontrôleur pouvait contrôler 40 DELs RGB réparties dans la coque en fibre de verre du robot, faisant ainsi changer sa couleur.

Le vidéo présente bien le changement de couleur du robot. Les déplacements de mauvaise qualité sont causé par les moteurs fournis pour le projet (servomoteurs de modélisme) et le manque de temps pour réaliser un asservissement décent. Le câble sert à l'alimentation du robot, les 40 DELs consommant trop pour les piles de la base mobile, et pour recevoir les commandes des enfants.

Spécifications techniques:

  • Basé sur les cartes ROBUS et ARMUS fournies pour le projet
  • Capteur de couleur basé sur photodiode, DEL RGB et microcontrôleur PIC
  • 40 DELs RGB
  • Coque en fibre de verre
  • Capteur de choc, télémètres

Vidéo:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

Remplis sous: Robot 2 Commentaires
30mai/100

Eurobot OPEN: Mission to Mars! – Allemagne (2008)

Nom du projet: Eurobot 2008

Concept: Robot mobile autonome capable de trier des balles colorées

But: Concevoir un robot capable de se déplacer en évitant les obstacles et un autre robot et qui peut ramasser, trier et déposer aux bons endroits des balles colorées.

Raison d'être: Compétition internationale de robotique mobile Eurobot 2007 – Mission to mars!

Équipe: Pierre-Luc Bacon, Sébastien Bélanger, Jonathan Dubé, Stéphan Couture et Jean-François Duval

Photos:

Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=5

Détails:

Eurobot est un concours de robotique mobile amateur qui regroupe des équipes d’étudiants (en classes ou en projet personnel), des clubs, des associations, etc. dans un but commun : concevoir un robot mobile qui répond aux exigences du règlement. Le concours se tient en Europe, dans un pays différent chaque année. L’édition 2008 s'est déroulée à l’Université de Heidelberg, en Allemagne. 27 pays, représentés par 400 équipes, sont impliqués dans ce concours scientifique et technique, à travers les qualifications nationales et la finale internationale.

Le thème du concours est renouvelé chaque année. Il est fortement inspiré des enjeux actuels,afin de faire un parallèle avec une application réelle. Le thème de 2008 est «Mission to Mars!»

En 2008, les objets à manipuler pour marquer des points sont des balles colorées. Trois couleurs sont présentes sur la table de jeu : bleu, blanc et rouge. Au début d’une partie, un tirage est effectué pour savoir quelle équipe sera quelle couleur. Admettant que nous soyons décidés bleus, ce sont donc les échantillons bleus (balles bleues) qui nous serviront ainsi que les blocs de glace (balles blanches). Les échantillons sont dans des distributeurs aux positions connues et disposées sur la table de jeu. Il existe donc plusieurs endroits où les recueillir, et ce de manières différentes. Une fois les échantillons en notre possession, il importe de les placer aux bons endroits pour marquer des points. Les deux possibilités sont : le conteneur réfrigéré, un bac surélevé qui accepte seulement les échantillons et le conteneur standard, qui nécessite d’adjoindre des blocs de glace aux échantillons (une bonne séquence offre des bonus).

Nous avons donc opté pour la conception d’un robot capable de ramasser des balles à la fois dans les distributeurs verticaux et directement sur la table. Une turbine aspire les balles dans le robot. Suite à la détection d’une entrée, la couleur est testée. Un barillet rotatif permet de déplacer les balles dans le robot : les faire entrer, décoder la couleur ou les éjecter. Afin d’aider la turbine à arracher les balles des distributeurs verticaux, deux pinces sont présentes à l’avant. Pour marquer des points, nous avons choisi d’éjecter les balles par le biais d’un canon constitué de deux roues. En ajustant la vitesse des moteurs, nous pouvons varier la distance du tir, permettant ainsi de marquer aussi bien dans le conteneur standard que dans le réfrigéré et d’éjecter une balle adverse qui aurait été gobée.

Le robot peut se déplacer grâce à deux moteurs à courant continu jumelés à des boites de réduction et à des roues de trottinette. L’énergie vient d’un accumulateur principal pour les gros actionneurs et de deux accumulateurs secondaires pour la logique et les petits actionneurs.

Spécifications techniques:

  • Plusieurs microcontrôleurs PIC et dsPIC
  • Bus I2C entre les cartes
  • PCBs doubles couches professionnels
  • Mélange de composants classiques et surface mount
  • Piles DeWalt Nano LiFe (A123) 36V
  • Ordinateur embarqué format pico-itx VIA
  • Conçu en entier sous SolidEdge et usiné classique et CNC
  • Moteurs Escap

Vidéo:

Séquence d'homologation:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

Pour visionner certains de nos essais et démonstration, il suffit de consulter les vidéos AQRA sur http://www.youtube.com/user/AQRAeb2k8.

Plus de détails:

Conception électronique et logicielle: http://aqra.ca/Conception-electronique-et

Conception mécanique: http://aqra.ca/Conception-mecanique-2008

Remplis sous: Robot Aucun commentaire
18mai/100

Eurobot OPEN: Robot Tri Party – France (2007)

Nom du projet: Eurobot 2007

Concept: Robot mobile autonome capable de trier des déchets

But: Concevoir un robot capable de se déplacer en évitant les obstacles et un autre robot et qui peut ramasser, trier et déposer aux bons endroits des canettes et bouteilles vides.

Raison d'être: Compétition internationale de robotique mobile Eurobot 2007 – Robot Tri Party

Équipe: Pierre-Luc Bacon, Sébastien Bélanger et Jean-François Duval

Photos:

Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=4

Détails:

Quand j'ai commencé à m'intéresser plus fortement à la robotique mobile, j'avais 13 ou 14 ans. Mes recherches m'ont conduit sur les forums de Planète-Sciences, une organisation française de promotion de la science et de la technologie qui organise chaque année la Coupe de France de Robotique. J'y ai rencontré un autre Québécois de mon âge, Pierre-Luc Bacon. Ayant appris énormément de nos contacts français, la Coupe de France était pour nous une référence en matière de compétition robotique.

Lors de ma deuxième année de Cégep, je cherchais un défi pour utiliser mes nouvelles connaissances en électronique et pour me dépasser. Avec Pierre-Luc nous avons décidé de tenter notre chance à Eurobot, la version internationale de la Coupe. Par une affiche dans le département de Technologie Physique, j'ai recruté notre concepteur mécanique, Sébastien Bélanger. En 2007, nous étions la seule équipe d'Amérique du Nord à participer. Nous avons reçu du support matériel du département de Technologie Physique du Cégep de La Pocatière et quelques petites commandites de Microchip (ICD2) et de Rona et DeWalt (batteries et moteurs) mais aucun argent comptant. Nous avons financé le projet et le voyage nous même afin de réaliser notre rêve et de participer à ce regroupement de roboticiens de plus de 25 pays différents.

Le concept électronique développé pour ASAv3 a été réutilisé pour ce robot. L'ensemble de l'électronique a donc été divisé en plusieurs cartes: Mère, Actionneurs, Moteur, Alimentation, Capteurs, etc. Toutes les cartes étaient reliées à la carte mère par un bus I2C. L'ensemble de l'électronique a été conçu avec Cadsoft Eagle et les circuits imprimés ont été réalisés maison, les pièces étant un mélange de composants classiques et montés en surface. Un appareil de stockage réseau de Linksys, un NSLU2, a été modifié afin de supporter une distribution Linux modifiée par Pierre-Luc Bacon. Une fois overclocké à 266MHz, son processeur Xscale était suffisant pour faire un traitement d'image de base. Malheureusement, par manque de temps, le robot n'aura pas pu bénéficier de vision.

La mécanique a été fabriquée de manière plutôt artisanale, avec comme principal matériau de construction de la tôle d'acier pliée. Les moteurs utilisés provenaient de perceuses DeWalt 18V, ce qui fût une mauvaise idée: 300W par moteur pour un robot aussi petit est autant inutile que nuisible. Les batteries qui alimentaient le tout étaient aussi faites par DeWalt, technologie NiCd. Les packs ont été modifiés pour abaisser leur tension et leur volume, alors un chargeur de notre conception a été utilisé.

Notre grand manque d'expérience et l'ampleur du projet ont fait que ce robot n'a jamais été complètement fonctionnel. Bien que les sous-systèmes étaient fonctionnels indépendamment, le temps pour l'intégration et les tests a manqué. Le voyage Québec-Paris dans une caisse de plastique n'a pas été facile pour le robot, nous obligeant ainsi à le réparer lors de notre arrivée en France plutôt que de finaliser sa programmation. Nous n'avons donc jamais pu passer l'homologation, ce qui est nécessaire pour participer aux matchs d'Eurobot. Malgré cela, ce fut une expérience incroyablement formatrice et très plaisante. Pendant nos nuits blanches à travailler sur le robot à notre kiosque de la Fertée-Bernard, nous parlions déjà des modifications à faire et des nouveautés de notre robot 2008...

Spécifications techniques:

  • Plusieurs microcontrôleurs PIC
  • Bus I2C entre les cartes
  • Électronique et PCBs maisons, composants montés en surface et classiques
  • Piles DeWalt NiCd 18V
  • Moteurs de perceuses DeWalt 18V
  • Mécanique composée principalement de tôles d'acier pliées

Plus de détails:

Quelques articles disponibles sur le site de l'AQRA: http://www.aqra.ca/-eurobot-2007-

Remplis sous: Robot Aucun commentaire
13mai/100

ASAv3, la troisième version de l’Aspirateur Semi-Autonome (2006)

Nom du projet: ASAv3

Concept: Robot aspirateur semi-autonome, troisième version

But: Robot aspirateur pouvant retenir la trajectoire programmée par un utilisateur et la refaire de manière autonome.

Raison d'être: Expo-Science 2006, édition régionale (La Pocatière)

Équipe: Jean-François Duval et Louis Landry-Michaud

Photos:

Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=3

Détails:

Dans l'idée d'atteindre le but visé avec ASAv1 et ASAv2, soit de pouvoir guider le robot dans une pièce par une télécommande et qu'il puisse ensuite le refaire de manière autonome, tout en évitant les obstacles nouveaux, nous avons commencé à travailler sur ASAv3. La mécanique a été encore une fois améliorée, principalement pour permettre l'usage de moteurs de propulsion plus puissants. L'électronique a été refaite à partir de zéro, avec une architecture très différente. L'idée était de réaliser plusieurs petites cartes indépendantes reliées par un bus I2C. L'interface avec l'utilisateur a été améliorée par l'ajout d'un clavier et d'un écran LCD 4*20. L'usage de plusieurs télémètres infrarouges et d'un télémètre ultrason permet de mieux détecter les obstacles. Malheureusement, par manque de temps, le projet a dû être abandonné et n'a pas été présenté au public. La programmation n'était pas assez avancée pour permettre une grande différence de comportement avec la version 2. Toutefois, les efforts n'ont pas été perdus car l'idée de plusieurs cartes reliées par I2C a été réutilisée peu après, pour Eurobot.

Spécifications techniques:

    • PIC18F452, PIC18F1320, PIC18F252
    • Bus I2C entre les cartes
    • Circuits imprimés double couches de fabrication maison
    • Piles NiMh 12V 3.3Ah
    • Turbine 60W
    • Contrôle par manette sans fil
    • Télémètres IR et ultrasons
    • Interface usagé avec LCD et clavier numérique

Dans l'idée d'atteindre le but visé avec ASAv1 et ASAv2, soit de pouvoir guider le robot dans une pièce par une télécommande et qu'il puisse ensuite le refaire de manière autonome, tout en évitant les obstacles nouveaux, nous avons commencé à travailler sur ASAv3. La mécanique a été encore une fois améliorée, principalement pour permettre l'usage de moteurs de propulsion plus puissants. L'électronique a été refaite à partir de zéro, avec une architecture très différente. L'idée était de réaliser plusieurs petites cartes indépendantes reliées par un bus I2C. L'interface avec l'utilisateur a été améliorée par l'ajout d'un clavier et d'un écran LCD 4*20. L'usage de plusieurs télémètres infrarouges et d'un télémètre ultrason permet de mieux détecter les obstacles. Malheureusement, par manque de temps, le projet a dû être abandonné et n'a pas été présenté au public. La programmation n'était pas assez avancée pour permettre une grande différence de comportement avec la version 2. Toutefois, les efforts n'ont pas été perdus car l'idée de plusieurs cartes reliées par I2C a été réutilisée peu après, pour Eurobot.

Remplis sous: Robot Aucun commentaire
12mai/100

ASAv2: L’Aspirateur Semi-Autonome (2005)

Nom du projet: ASAv2

Concept: Robot aspirateur semi-autonome, seconde version

But: Robot aspirateur pouvant retenir la trajectoire programmée par un utilisateur et la refaire de manière autonome.

Raison d'être: Expo-Sciences 2005, édition régionale (Rivière-du-Loup)

Équipe: Jean-François Duval et Louis Landry-Michaud

Mention: Prix du publique et Prix de l'École Polytechnique

Photos:


Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=2

Détails:

ASAv1 nous a permis de nous rendre à l'Expo-Sciences régionale, mais pour cette dernière nous voulions pousser le projet plus loin. La mécanique du robot a été complètement refaite. Un pot à fleurs a été utilisé pour protéger les composantes du robot et lui donner un bel aspect esthétique. Le système d'aspiration a été amélioré fortement et la communication est maintenant sans fil. Un capteur infrarouge placé à l'avant du robot évite les erreurs de l'opérateur en empêchant le robot de foncer dans les obstacles. L'électronique du robot a été améliorée par l'ajout d'une carte mère embarquée, basée sur un PIC18F452. La communication entre la télécommande et le robot s'est faite par le biais de deux modules radios et d'un protocole maison qui encodait chaque commande a une fréquence différente. ASAv2 n'est pas encore capable de retenir une trajectoire, mais globalement ce robot s'approche du but.

Spécifications techniques:

  • 2x PIC18F452
  • Circuits imprimés double couches de fabrication maison
  • Piles NiMh 12V 3.3Ah
  • Turbine 60W
  • Contrôle par manette sans fil
  • Capteur d'obstacle infrarouge à l'avant

Vidéo:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

Plus de détails:

Article écrit en 2005 sur la conception d'ASAv2, disponible sur AQRA.ca: http://www.aqra.ca/ASA-v2

Remplis sous: Robot Aucun commentaire
12mai/100

ASAv1: L’Aspirateur Semi-Autonome (2005)

Nom du projet: ASAv1

Concept: Robot aspirateur semi-autonome

But: Robot aspirateur pouvant retenir la trajectoire programmée par un utilisateur et la refaire de manière autonome.

Raison d'être: Expo-Sciences 2005, édition locale (École Secondaire Chanoine-Beaudet)

Équipe: Jean-François Duval et Louis Landry-Michaud

Mention: Première position, passage à la finale régionale

Photos:


Album: http://jfduval.ca/?page_id=54&album=1

Détails:

ASAv1 fut le premier robot complet sur lequel j'ai travaillé. Tandis que Louis s'est occupé de la conception et fabrication mécanique (châssis, système d'aspiration, etc.), je me suis occupé de la conception électronique et de la programmation. Le développement électronique a débuté par la conception d'une carte moteur avec un double pont en H permettant de contrôler les deux moteurs de propulsion du robot. Cette carte, conçue avec Eagle, incluait deux sorties de puissance contrôlées par des MOSFETs, entre autres pour contrôler la turbine. Pour pouvoir réaliser ce robot, j'ai appris à me servir de microcontrôleurs PIC et, par la même occasion, j'ai appris le langage C. Mon manque d'expérience m'a empêché de réussir à rendre le robot autonome et à fabriquer une télécommande radio, j'ai donc utilisé la carte à microcontrôleur pour interpréter les commandes d'un joystick et les envoyer par câble vers la carte moteur.

Spécifications techniques:

  • PIC18F452
  • Circuits imprimés doubles couches de fabrication maison
  • Accumulateur au plomb 12V 1.2Ah
  • Turbine 60W
  • Construit à base de MDF
  • Contrôle par joystick (avec fils)

Vidéo:

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

Plus de détails:

Article écrit en 2005 sur la conception d'ASAv1, disponible sur AQRA.ca: http://www.aqra.ca/ASA-v1-L-Aspirateur-Semi-Autonome

Remplis sous: Robot Aucun commentaire